lundi 9 janvier 2012

Contrastes

Elle m'a laissé 807 mots pétales
brûlés par le givre
écrits sur les feuilles mortes
au vent fort de l'automne
pour dessiner les aléas du temps
l'incertitude des auberges
l'odeur tiède du tabac
au rond pivoine du vieux verre
parchemin
8 signes du clavier auraient suffi.


6 commentaires:

  1. Joli !
    Je t'aime c'est 8ou7 signes ?

    RépondreSupprimer
  2. Très réussi. J'aime beaucoup "l'incertitude des auberges" (et le reste).

    RépondreSupprimer
  3. Délicatesse, subtilité, douceur à mon oreille

    RépondreSupprimer