samedi 13 mars 2010

#53 – P'tit con bière

Les verres étaient sagement alignés devant moi, sur le comptoir, les uns à côté des autres. Le garçon de café me regardait d'un œil noir, le torchon sur l'épaule. Il avait hâte de fermer le bistrot et de rentrer chez lui, je percevais son impatience. Avec un soupir résigné, il posa un énième verre devant moi.


J'ai compté 807 picons bière puis je me suis arrêtée. Ma soif était infinie, ma tristesse aussi. Cela faisait déjà 3 jours que je m'étais accoudée au comptoir, le regard de plus en plus flou, le cœur de plus en plus étreint. Il était parti, un soir glacial d'hiver, me laissant seule avec ma peine. Je pensais trouver réconfort dans cet alcool qui réchauffe mais c'était... peine perdue. Ma peine, je ne l'avais pas perdue, elle. Toujours là, jusqu'à l'os. Devais-je aller au-delà ? Persévérer et boire encore et encore ? 807 bières, était-ce bien suffisant pour tenter d'apaiser ce chagrin qui m'abîmait ? La 808, la 809 m'apporteraient-elles le salut ?
Lasse, fatiguée, l'esprit embrumé, je décidais de rentrer chez moi, sitôt cette 807e bière avalée... et cette dernière larme ravalée.


Le garçon de café pouvait rentrer chez lui.

3 commentaires:

  1. Ah le picon lorsqu'il nous tient !!! C'est comme ce sacré 807 !!

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour ce p'tit con bière Eve Lune.
    YEDRA

    RépondreSupprimer