jeudi 25 mars 2010

#65 – Le fantôme

La visite de ce cher fantôme, vierge blafarde au drap enroulé autour de son corps gracile et transparent était à peine visible, sur le mur chaulé. Plus qu'un vrai dessin, je devinais une différence de densité, de distance induite, huit couches différentes de profondeur opaque s'étendaient entre le mur de plâtre et moi.


Pour retenir le miracle de ce dessin livide, j'ai pris dans mon cahier une page immaculée et j'ai tracé, sur le vélin virginal, au fusain, les huit formes opalines. Mais mon trait était noir et incongru. Ce n'était pas cela, il aurait fallu une craie, une plume d'oie, une poudre de lait, une mousse savonneuse pour faire le portrait de mon amie diaphane. Le pastel le plus pâle était encore trop foncé. Cette lactescence de son sang de porcelaine, cette vacuité irisée, ce port de Reine des neiges entourée de cent voiles vaporeux, je ne pouvais les saisir.


C'était un signe. Je devais changer. Javelliser mon âme ? Dépigmenter mon passé au sas des souvenirs ? Je devais choisir sept qualités fondamentales capables de guider ma main. Choisir l'audace, la candeur, la charité qui frôle, l'empathie, la tendresse, le pardon, la discrétion pour m'inscrire désormais dans la vie du monde ? La venue de ce fantôme palot était comme un appel pour que je m'efface comme le marbre devant l'albâtre, le lys devant le lilas et la colombe devant l'hermine. Livide et désespérée, comme un clown plâtreux qui se voit enfin dans la glace tel qu'il est. je regardais enfin ma page, il n'y avait qu'un énorme 807 en train de me narguer.

1 commentaire:

  1. on aime bien les fantômes, surtout ceux qui nous narguent ;)

    RépondreSupprimer